Need For Speed : Description de la Franchise

Retrouvez tout sur l'univers Need For Speed sur NFS-Mania !

 

 

Nous vous proposons ici un historique de la franchise Need for Speed. Nous irons à l'essentiel, vous vous doutez bien que l'on pourrait en dire d'avantage avec plus de 16 ans d'histoire. 

La série Need for Speed a commencé son odyssée en 1994 avec la sortie de The Need for Speed, ce qui donnerait en français "le besoin de vitesse" (vous comprenez pourquoi le titre reste en anglais). Depuis 1994, c'est une des franchises de voitures qui a connu le plus d'épisode et vendu plus de 100 millions d'exemplaires toutes épisodes confondu.

 

 

Lorsque The Need for Speed fut créé, les développeurs firent appel au magasin automobile Road & Track pour améliorer le comportement des voitures et les effets sonores. C'était d'ailleurs considéré comme un jeu plutôt simulation qu'arcade contrairement à la plus part de ses successeurs. Le jeu proposait à l'époque 8 voitures (9 avec la voiture cachée) et 7 circuits (la version 3DO n'en avait que 3), ce qui peut paraitre dérisoire aujourd'hui. Initialement sorti pour 3DO, d'autres versions sont sorties par la suite sur PC,Play Station 1 et SEGA Saturn. Très bien accueillie par la critique, ce jeu est vite devenu une référence. Il pose en effet les bases de ce qu'est Need for Speed : des voitures inaccessibles, les espaces variés, courses sur routes ouvertes et police. En 1996 une déclinaison fut lancée sous le nom The Need for Speed : Special Edition. Ce jeu était uniquement disponible sur PC et proposait deux circuits supplémentaires et divers amélioration graphique.

1997 est la date de sortie de Need for Speed II (NFS II). Toujours développé par EA Canada, la collaboration se fait maintenant directement avec les constructeurs pour coller au plus près de la réalité des voitures. Malgré cela, le jeu était orienté plus arcade et certains aspects du premier n'ont pas été gardé (pas de courses par segments et pas de police). Le jeu proposait plus ou moins la même quantité de voiture et de circuit. Le jeu était très connu pour les nombreux codes de triches intégrés. On pouvait débloquer des voitures, conduire des véhicules du trafic, débloquer un circuit spécial... 
NFS II est le premier jeu de la série à proposer des réglages sur les voitures comme la portance à l'avant et à l'arrière, la répartition du freinage ou encore le réglage du ratio de la boite de vitesse. 

La même année une "Special Edition" (SE) de NFS II est également sortie. Une fois de plus du contenu supplémentaire et des améliorations techniques comme la prise en charge d'effet 3DFX.

En 1998 sort Need for Speed III, le bien nommé Hot Pursuit (Poursuite Infernale pour le titre en français). Résolument plus arcade, ce NFS remet les poursuites contre la police au cœur du gameplay. L'intelligence artificielle de la police fut considérablement améliorée : ils peuvent mettre en place des barrages et déposer des herses. Graphiquement très abouti Hot Poursuit avait été accueilli très favorablement par les critiques et s'était aussi très bien vendu.

On apprend par la suite que la police telle qu'elle était dans ce jeu aurait dû se trouver dans NFS II. Mais n'étant pas assez abouti à l'époque le système a été reporté d'une année. Hot Pursuit est également une de ces pierres angulaires qui font l'histoire de la série, ce n'est pas pour rien qu'en 2010, Criterion en parlant d'un retour aux sources à fait revivre le titre.

 

 

Need for Speed High Stakes (titre en français : Conduite en état de liberté) sort en 1999. Considéré par certains comme un NFS III SE, cet opus apporte tout de même son lot de nouveauté. Trois nouveaux modes ont été ajoutés dont le mode Carrière qui permet de débloquer les voitures et les circuits du jeu. L'argent gagné en course permet d'acheter de nouvelles voitures ou des améliorations. 
La gestion des dégâts fait son apparition. Après un choc la voiture subit des dégâts visuels et des baisses de performances. Après chaque course il est possible de réparer sa voiture avec l'argent des courses. 
Chose amusante, la version PC ne possède les mêmes circuits que Hot Pursuit, alors que la version console se voit gratifier de circuits additionnels. La liste de voitures varie selon les pays, l'Australie ou le Japon on quelques modèles particuliers, mais le nombre total reste le même (une quinzaine environ).

En 2000 sort Need for Speed Porsche 2000 (nom anglais : Porsche Unleashed). Avec cet opus Need for Speed rend honneur à la marque qui siège à Stuttgart. C'est aussi un tournant par rapport au dernier épisode puisque orienté beaucoup plus simulation. On retrouve un peu l'esprit du premier Need for Speed dans le style de conduite. En dehors des classiques modes single player et multi-joueurs Porsche 2000 propose deux modes intéressants que sont Historique et Carrière. Dans le mode carrière, vous êtes dans la peau d'un pilote Porsche qui soit remplir différente mission pour monter en grade. Le mode Historique est une traversée de l'histoirePorsche des années 50 à l'an 2000. Vous deviez gérer votre budget et vous avez la possibilité d'acheter des pièces pour améliorer votre voiture. Il y avait même un marché de l'occasion.

Toujours développé par EA Canada, la particularité de ce titre est qu'il a été réalisé en collaboration avec Eden Studio, ceux qui ont notamment fait V-Rally et Test Drive. Proposant pas loin de 80 modèles (certes avec beaucoup de variantes d'un même modèle) ce jeu est une encyclopédie sur Porsche. 

En 2001, un projet avorté, le fameux Motor City Online qui était un jeu massivement multi-joueurs disponible uniquement sur PC et uniquement aux États-Unis. Le thème était les voitures des années 30 aux années 70. Probablement trop en avance sur son temps (connexions internet beaucoup moins performantes qu'aujourd'hui) et souffrant de nombreux problèmes techniques, les serveurs ont été fermé en 2003. Motor City n'est généralement pas comptabilisé dans la série la série Need for Speed...


En 2002, on voit l'arrivée du deuxième Hot Pursuit. Need for Speed Hot Pursuit II est le dernier volet de ce qu'on pourrait appeler lesNFS traditionnel. Le mode carrière fonctionne sous la forme d'un championnat en forme d'arbre inversé. Il faut finir les épreuves du bas pour remonter jusqu'à l'épreuve finale. Graphiquement toujours au top pour l'époque, ce jeu est le premier à être développé parBlack Box. Le jeu est notamment connu pour les fameux barils de pétrole explosif que la police envoie pour arrêter les fous du volant. Totalement irréalise, mais qui ajoute une bonne dose de fun.

 

 

2003 est la date retenue pour beaucoup comme la rupture avec la tradition. Need for Speed Underground surf sur la vague Fast and Furious qui fait un tabac et entrainera dans son sillage d'autres titres qui n'ont cependant pas connu le même succès. Undergroundse déroule exclusivement de nuit dans une ville qui comporte plusieurs tracés. C'est l'apparition de nouveaux modes comme le Drift et le Drag. Le tuning prend une place très importante, on peut changer les jantes, la carrosserie, les couleurs de caisse et des vitres, ajoute des vinlyes en tout genre... Bref un hymne au bon goût. Le jeu proposait aussi une ébauche d'histoire illustré par de courtes cinématiques. Pour faire simple, vous être le nouveau dans la ville qui veut se faire un nom, et pour ça il va falloir affronter tout ce qui bouge pour gagner de l'argent et améliorer sa voiture pour espérer battre les meilleurs.Need for Speed brise ici une tradition, mais a le mérite d'être dans l'air du temps et de proposer quelques choses de nouveau. Le problème c'est que le jeu, bien que graphiquement réussi, souffrait de nombreux problèmes et sentais un parfum d'inachevé. Confirmation faite une année plus tard...

Need for Speed Underground 2 (NFSU2) débarque sur le marché fin 2004, comme c'est dorénavant la tradition juste avant les fêtes de fin d'année. NFSU 2 est ce que le 1 aurait dû être (de l'aveu même des développeurs). La grosse, voire énorme, nouveauté c'est le monde ouvert. Vous pouvez aller d'un point à l'autre d'une carte relativement grande pour chercher des épreuves ou aller dans des boutiques pour acheter vos pièces. Graphiquement le jeu était très abouti pour l'époque et en a étonné plus d'un. De nouveaux modes font leur apparition une fois de plus comme le Street X (circuits très sinueux et courts), des courses sur circuit ainsi que le Down Hill Drift qui vous faisait dévaler les pentes de la ville en glissade. Malgré le côté très arcade de la conduite, NFSU2 propose un nombre de réglages pour la voiture impressionnants, avec la possibilité de passer sa voiture sur un banc de test et ajuster le tout pour chaque discipline. Une histoire de fond, présenté sous forme de BD, agrémente le jeu. Malgré l'absence de la police qui aurait pu trouver sa place dans une ville ouverte, cela reste un des meilleurs NFS contemporain quoi qu'en disent les puristes.

 

 

En 2005 sort Need for Speed Most Wanted qui se veut être un genre de Hot Pursuit dans un monde ouvert. Le tuning reste un élément important du grameplay, vous pouvez par exemple finir le jeu avec la voiture que vous avez acheté au tout début simplement en améliorant ses performances. Mais la diversité des réglages a été considérablement réduite (ainsi qu'au niveau du tuning visuelle).

Le mode carrière a une histoire basée sur des cinématiques. L'histoire est une fois de plus assez simple, mais efficace. Vous arrivez dans une nouvelle ville avec vos gros souliers et votre BMW M3 GTR. Vous relevez le défi d'un certain Razor qui vous bat à la déloyale en sabotant votre voiture. Pour récupérer votre voiture vous devez gravir les échelons de la Liste Noire. Si les cinématiques ne brillant pas par un jeu d'acteurs exceptionnel c'est probablement l'histoire la plus connue des Need for Speed. Mais Most Wanted montre sa vraie valeur dans certains modes originaux comme les épreuves radars et surtout les poursuites qui sont très amusantes ainsi que les preuves qui tournent autour des poursuites.

Cet opus est aussi le premier à débarquer sur une console dite next-gen puisque le jeu fut développé en priorité pour Xbox 360. Cela c'est également senti sur la version PC qui souffrait de problème d'optimisations assez important avant l'arrivée de patchs. Malgré un jeu loin d'être parfait, Most Wanted reste dans le cœur de beaucoup de joueurs comme un des meilleurs NFS. 

2006 voit arriver un nouveau Need for Speed sous le nom de Carbon. Le titre reste encore à ce jour un peu mystérieux, car n'ayant pas de véritable rapport avec le jeu. Carbon repose sur les bases plantées par Most Wanted, à savoir une ville ouverte et un système de poursuites identiques. Beaucoup de nouveau concept sont cependant introduit. La possibilité d'avoir des coéquipiers sur la piste qui ont différentes capacités ayant pour but de vous aider à gagner et le système de quartier à conquérir à la manière de Grand Theft Auto : San Andreas. Dans le mode carrière vous avez le choix entre 3 catégorie de voiture (Exotic, Tuner et Muscle cars), chaque catégorie propose une expérience de jeu un peu différente (en terme de voitures et de musique). Mais en contrepartie la carrière est relativement courte et vous incite à essayer les 3 catégories de véhicules.

Malgré une ville ouverte le jeu place les poursuites en marges du gameplay et rend la chose plus anecdotique. Le mode Drag disparait alors que le Drift refait surface après une absence remarquée dans Most Wanted. Mais le comportement est très perturbant et beaucoup crie au scandale. Les courses canyons ont pour leur part rencontré un vif succès et l'Autosculpt, qui permet de modifier les kits grâce à des points de contrôles, ravi les tuners qui avaient perdu en possibilité dans le précédent épisode.

 

 

En 2007, Electronic Arts change à nouveau son fusil d'épaule. Need for Speed ProStreet se lance dans la simulation ou plus exactement de la simulation arcade. Le concept est de proposer un monde organisé autour des courses, mais dans un cadre légal sans toutefois se frotter au monde professionnel. Après 5 ans de jeu arcade, le public a relativement mal accueilli ProStreet qui, pour en profiter pleinement, nécessitait un volant. De plus étant sur circuit fermé, il n'y avait ni police ni ville ouverte ce qui était ressenti comme une régression. ProStreet proposait 4 disciplines principales : Grip, course de vitesse, Drift et Drag. Ce jeu se distinguait par une vraie gestion des dégâts (basé sur des déformations en temps réel, pas de déformations pré calculées) et une fumée volumique très abouti pour l'époque.

Le mode Drag fait son retour sous une nouvelle forme. Un mini jeu avant chaque course a pour but de faire monter les pneus en température, cela conditionnait la marge de manœuvre pour faire un départ parfait. Au niveau de l'histoire rien de bien original, vous être le nouveau venu qui doit monter en grade pour affronter les meilleurs de chaque catégorie. On sent bien un jeu qui est à cheval entre deux catégorie et qui au finale n'a pas convaincu. Néanmoins c'est un jeu très plaisant si l'on fait abstraction du passé de Need for Speed.

En 2008, Need for Speed Undercover débarque avec de nouvelles ambitions. Retour de la police et d'une ville ouverte avec une histoire et un scénario qui avait pour une fois un potentiel. Vous êtes dans la peau d'un flic sous couverture qui doit infiltrer les gangs de la ville pour essayer de les démanteler. Malheureusement, Undercover s'est avéré être le chant du cygne pour Black Box qui ne pouvait plus tenir le rythme infernal d'un épisode par année. Outre un scénario gâché par un jeu d'acteur très moyen et des grosse ficelles qui annonçait une fin courue d'avance, le jeu était extrêmement bugé et n'a reçu que très peu de support. Il faut avouer que ce jeu proposait une vitesse de défilement incroyable, mais le décor avait souvent du mal à suivre...

Une des grandes nouveautés était l'Heoric Driving qui se résume à des mouvements de caméras qui sublime les actions. Le mode Highway Battle fait son apparition. Vous devez distancer ou tenir tête un concurrent sur une autoroute en plein trafic. C'est probablement le mode le plus intéressant du jeu. 
Undercover qui est une sorte de Most Wanted 2 a vraiment terni l'image de la série et a poussé Electronic Arts à revoir définitivement sa copie.

2009 est une année charnière pour Need for Speed. En effet, Electronic Arts conscient des dérivés que le rythme effréné d'un épisode par an avait entrainé sur l'équipe de développement, c'est un changement radical de stratégie qui d'opère. EA prévoit non pas 1, ni 2, mais 3 Need for Speed. Mais des raisons à tout cela existent.

Need for Speed Shift est le premier de cette série de 3. C'est ce qu'on appeler l'épisode annuel "traditionnel" (vous savez déjà pourquoi il y a des guillemets !). Pour cet opus EA fait appel à Slightly Mad Studios (SMS) qui est plus connu pour faire de la simulation que de l'arcade. SMS est en fait fondé sur les cendres de Blimey! Games, studios qui a notamment développé GTR et GT Legends, rien que ça. Vous l'aurez compris NFS Shift est une simulation. Alors évidemment pas au sens strict du terme, les puristes dirons toujours que c'est un jeu arcade, mais le fait est qu'il fallait s'équiper d'un périphérique de jeu adapté pour profiter au maximum du jeu. La particularité de Shift est de proposer une vue Casque très réussi et qui ajoute encore un peu plus à l'immersion du jeu. Le jeu se caractérise par une durée de vie extrêmement longue surtout si l'on souhaite faire toutes les courses et décrocher toutes les récompenses.

Malgré la polémique sur la réelle appartenance de cet épisode à la série Need for Speed, on ne peut que saluer le retour à un jeu de qualité qui redonne des couleurs à la série. Bien que ce jeu ne soit pas parfait, il insuffle un vent nouveau dont Need for Speed avait bien besoin.

 

 

Le deuxième jeu est Need for Speed Nitro. La particularité de ce jeu est qu'il est uniquement disponible sur consoles Nintendo et il se veut adaptés pour celles-ci. Le plus déroutant est probablement l'approche cartoon du jeu qui tranche radicalement avec la tradition de réalisme des voitures et de l'environnement. Sans rentrer dans les détails, ce jeu n'a pas connu un grand succès et ne semble pas non plus avoir assuré une suite. Nous sommes convaincus que faire un Need for Speed spécialement adapté à la Wii était une bonne solution, cependant l'essai n'a pas été transformé...

Enfin le troisième arrivant est en fait un jeu online massivement multijoueurs. Nommé au début Need for Speed World Online, le nom s'est vu raccourci après la phase de béta test en perdant la dénomination "Online". L'idée de base est de proposer un jeu gratuit (Free to play) basé sur les deux plus grand succès de la série à savoir Most Wanted et Carbon. En réunissant les deux cartes, le terrain de jeu est assez grand pour accueillir des dizaines de milliers de joueurs.

Développé par ce qui reste de l'équipe Black Box après son démentiellement, NFS World était d'abord prévu pour le marché asiatique. Les premières béta ont en effet été lancée à Taiwan. Cependant c'est lorsque les béta sont lancées, début 2010, en Europe, que le développement prend vraiment son envol. Le marché asiatique sera d'ailleurs complètement oublier par la suite...World est un projet qui s'inscrit dans la durée et devrait s'étendre sur plusieurs années. Après une longue phase de bêta, le jeu est officiellement lancé en fin juillet 2010. Proposant un Starter Pack à ces débuts, cet achat devait permettre de commencer avec un capitale de base (plus voitures) et aller au-delà du niveau 10 qui était la limite pour les joueurs gratuits. Mais très vite ce modèle économique ne se révèle pas viable et le plafond saut (au grand dam de ceux qui avait acheté le Starter Pack pour 20$). Le modèle économique est maintenant basé sur le Speedboost qui est obtenu avec de l'argent réel et qui permet des débloquer des objets plus rapidement ou d'obtenir des avantages qui sont inaccessibles aux joueurs gratuits (voitures, pièces,...).

 

 

En 2010, EA abat sa dernière carte pour sa stratégie de rénovation de la série. Le géant américain a proposé un jeu pour les fans de courses automobile, un pour les joueurs occasionnels et un pour ceux qui veulent jouer online et gratuitement. Criterion Games est en charge du développement du 14e NFS. Ce studio qui a développé Burnout affiche clairement son souhait de faire un retour aux sources. Sans passer par quatre chemins ils le nomment : Hot Pursuit. De quoi raviver la flamme des passionnés de la première heure.

Hot Pursuit, cuvé 2010, reprend en effet les éléments qui ont fait le succès de la série : paysage divers, voitures de rêves, poursuites avec la Police, musiques rythmée, etc... La conduite est par contre sans commune mesure avec ce que Need for Speed proposait jusqu'à présent. Hyper arcade, il faut passer tous les virages en drift en initiant la manœuvre avec un simple coup de frein. 
Le jeu est néanmoins très fun et la possibilité de se confronter à ses amis via le nouveau système Autolog ajoute encore de l'intérêt au jeu. La critique ainsi que les joueurs ont généralement bien accueilli le jeu. Comme toujours des défauts sont présents, mais cet opus a tout de même réconcilié beaucoup de joueurs avec la série.

Début 2011 sort Shift 2 Unleashed. À peine 6 mois après Hot Pursuit. En fait, le jeu a été annoncé le jour de la sortie de Hot Pursuit, ce qui n'a pas manqué d'irriter certains qui se sentaient prit pour des vaches à laits. Cependant la stratégie d'EA s'affine et position mieux les différentes variantes du jeu. Shift devient une série à part entière et laisse de côté la dénomination Need for Speed (cela reste un Need for Speed, mais on parle de Shift 2 et pas de NFS Shift 2...). Le jeu propose des améliorations significatives par rapport au premier. Plus de voitures, plus de circuits, conduite de nuit, une vue casque intérieur avec plus de mouvements du pilote et un rapprochement plus significative vers la compétition. En effet, EA a engagé une Team Need for Speed dans plusieurs disciplines de courses automobiles de sorte à légitimer sa place dans les sports mécanique. 

Même si Shift 2 ne gomme pas complètement les défauts du premier, c'est un excellent jeu qui convient parfaitement aux gens qui cherche le challenge et préfère l'aspect simulation à l'arcade telle qu'il est dans Hot Pursuit.

 

 

2011 est l'année du retour de Black Box sur le devant de la scène avec Need for Speed The Run. L'histoire de The Run est celle de Jack, un type qui a un gros problème d'argent et qui pour payer ses dettes doit participer à la course la plus dangereuses qui existe et traverser les États-Unis de San Francisco à New York. Pour y arriver il devra utiliser tous les moyens dont il dispose pour espérer rester en vie. Le jeu se caractérise par les premières scènes hors voiture pour un Need for Speed. Sous forme de QTE (Quick time event) vous pouvez agir sur le personnage pour qu'il accomplisse des actions. Cependant, ces parties ne représentent que 5 à 10% du jeu et le principal reste la conduite automobile. En terme de comportement on reste dans de l'arcade, mais moins extrême queHot Pursuit.

TWITTER

PARTENAIRES

e-cms EA Jeuxvideo.com Ubisoft Nitroserv DLCompare